Stratégie d’adaptation 4

Former l’équipe et le comité d’adaptation

Il convient de se doter d’un ambassadeur ou d’une ambassadrice, d’une équipe et d’un comité directeur qui se penchent sur les changements climatiques pour lancer et faciliter le processus de planification de l’adaptation aux changements climatiques. L’équipe chargée de la planification guidera les efforts d’adaptation, du début à la fin et au-delà du processus, en apportant son aide pour définir ou peaufiner la vision, les buts et les objectifs. L’équipe apportera également des renseignements indispensables quant à l’évaluation de la vulnérabilité et des risques et sélectionnera des mesures d’adaptation dont elle assurera le suivi et évaluera le succès. Puisque l’adaptation aux changements climatiques fait intervenir de nombreux secteurs, spécialistes et disciplines, il est utile d’avoir un comité directeur représentatif et inclusif pour encadrer et mener à bien une vision stratégique du déploiement des initiatives d’adaptation par l’équipe d’adaptation aux changements climatiques.

Du personnel provenant de divers services municipaux peut prendre part au processus d’adaptation aux changements climatiques, car ce faisant, il encourage une démarche intégrée en matière de planification, laquelle nécessite l’examen des répercussions des changements climatiques sur les plans environnemental, économique, social et sanitaire. La composition d’un comité directeur interne responsable des mesures d’adaptation devrait refléter la participation de plusieurs services municipaux.

Ainsi, dans la publication Tribal Climate Adaptation Guide Book (en anglais seulement), l’équipe de planification des mesures d’adaptation aux changements climatiques pilotera les efforts d’adaptation depuis le tout début et ira au-delà. L’équipe aidera à établir ou à perfectionner la vision, les buts et les objectifs. Elle offrira des points de vue critiques sur l’évaluation de la vulnérabilité et des risques, la sélection des mesures d’adaptation, ainsi que sur le suivi et l’évaluation du succès de ces mesures. Enfin, elle jouera un rôle important dans la mobilisation des autres membres de la collectivité et la défense du travail de résilience pour composer avec les changements climatiques.

Formation de l’équipe d’adaptation

L’équipe de planification devrait envisager diverses formules de participation de manière à intégrer le plus grand nombre possible de segments de la collectivité pour garantir que le point de vue de tous est entendu au cours de la planification. La taille de l’équipe de planification sera fonction de l’ampleur de l’exercice de planification et il faudrait rechercher un équilibre entre une représentation suffisante, de divers services, des aînés et des membres de la collectivité, d’une part, et une participation efficace de tous les membres de l’équipe de planification, d’autre part. Outre l’équipe de planification, d’autres membres de la collectivité peuvent participer à l’exercice à titre de collaborateurs, d’experts sur un sujet, ou de membres de la collectivité intéressés tout simplement.

Il y a certes des avantages et des inconvénients à disposer d’une équipe composée uniquement de membres du personnel ou d’une combinaison de parties prenantes provenant de l’interne et de l’extérieur. Un des principaux avantages d’une équipe formée de parties prenantes de l’extérieur tient à la possibilité d’endosser des mesures que la municipalité ne pourrait entériner d’une seule voix. Une responsabilité partagée conviendra tout à fait à la municipalité. Il se pourrait que le travail à l’interne permette davantage des discussions franches et ouvertes et que l’exercice soit plus efficace, sachant que les membres se connaissent et aborderont des processus déjà connus. Par contre, le fait de disposer d’une équipe composée de membres provenant de l’organisation et de membres de l’extérieur peut faciliter l’adoption d’un mandat élargi et montrer aux citoyens que les autorités locales sont disposées à faire participer la population et à travailler avec elle. Le nombre de membres de l’équipe et leurs antécédents pourront varier. Une composition de l’équipe qui conviendra à la municipalité dépendra des impacts précis susceptibles de se manifester dans la région; les infrastructures et les politiques qui seront touchées; et la façon dont l’administration locale prévoit interagir avec les autres parties prenantes et les citoyens et citoyennes pour composer avec les changements climatiques.41 En ce sens, il importe d’examiner dans un premier temps les effets dès le début des formalités d’adaptation, de manière à incorporer d’autres membres dans l’équipe d’adaptation, au fur et à mesure de l’évolution des besoins de la municipalité.

Les chefs de service et le personnel de la municipalité pourraient constituer un bon point de départ où commencer la recherche. En mettant à contribution l’expertise existante à l’interne, il est possible de déterminer le genre d’information actuellement disponible et les lacunes à combler qui nécessitent plus de recherche. Parmi les autres possibilités, il y a la collecte d’information par des réunions du personnel en bonne et due forme, des ateliers spéciaux ou des discussions informelles. Des entrevues avec des résidents et résidentes de longue date, l’examen de documents gouvernementaux et des archives des médias (journaux et magazines) sont autant de méthodes efficaces de collecte d’autres éléments d’information sur les impacts d’événements climatiques et météorologiques marquants déjà survenus.

Mise sur pied d’un comité directeur

Les stratégies BC Agriculture & Climate Change's Regional Adaptation Strategies Series for Delta (en anglais seulement) ont mis en lumière l’importance d’un comité directeur conjoint, en tant qu’étape de mise en œuvre et de suivi d’une démarche d’adaptation. Cela exige une coopération et un engagement de tous les instants des parties prenantes et des autres partenaires, mais revêt néanmoins une importance cruciale. Certes, il est entendu qu’un grand nombre de partenaires seront mis à contribution et participeront à la mise en œuvre de diverses mesures, mais un comité directeur jouera un rôle de premier plan en matière de suivi, par l’adoption d’une démarche de gestion adaptative au fil du temps.

Puisque l’adaptation aux changements climatiques est une question multidimensionnelle qui fait intervenir de nombreuses réalités, un grand nombre de praticiens et de domaines de travail, il est impératif de former un comité directeur diversifié et inclusif, qui aura pour mission d’encadrer et de piloter une vision stratégique en vertu de laquelle seront déployées les mesures que prendra l’équipe d’adaptation. Il est aussi primordial que le futur plan d’adaptation rende compte des actifs prioritaires cernés au cours de l’évaluation des risques et de la vulnérabilité.

Élaboration d’un mandat

Le guide de l’ICLEI intitulé Changing Climate, Changing Communities (p. 19) (en anglais seulement) décrit les étapes qui s’imposeront et guideront les efforts de l’équipe d’adaptation. Pour travailler avec l’équipe, il faudra donc formuler un mandat qui sera confié à l’équipe d’adaptation. Les questions que voici visent à guider l’élaboration du mandat :

  • L’équipe d’adaptation est-elle formée en tant que groupe de travail permanent?
  • Quels sont les résultats finaux auxquels il faut s’attendre de la part de l’équipe?
  • Combien de temps faut-il laisser à l’équipe pour qu’elle produise ces résultats?
  • Quelles sont les ressources mises à la disposition de l’équipe pour l’aider à accomplir son travail?
  • De quels pouvoirs dispose l’équipe?
  • De qui relève l’équipe? Un mandat ferme et explicite aidera non seulement l’équipe dans son travail, mais conférera en outre une légitimité au travail accompli du point de vue des parties concernées de l’extérieur.

Diffusion du savoir

Les administrations locales disposent de cinq principaux mécanismes qui serviront à orienter les mesures d’adaptation aux changements climatiques :

  1. Aménagement du territoire et urbanisme – Un des rôles primordiaux d’une administration locale est de gérer les infrastructures et les actifs de manière coordonnée et planifiée, ce qui permet d’atteindre un juste équilibre dans la gestion des actifs prioritaires et reflète la vision commune de la collectivité au chapitre de l’adaptation aux changements climatiques.
  2. Délivrance de permis et réglementation – Les administrations locales peuvent faire appel à leurs pouvoirs pour établir le cadre réglementaire en matière de gestion environnementale, par des formalités d’évaluation et d’approbation, la mise en place de surtaxes et de rabais, la mise en application de règlements municipaux, et la mise en place et l’imposition de politiques d’adaptation.
  3. Facilitation, défense et prise de parole – Les administrations locales sont proches des organismes communautaires, des entreprises, des résidents et résidentes et d’autres parties prenantes du monde municipal. Cette influence peut servir à communiquer une compréhension commune et à encourager l’adoption de mesures d’intervention collectives pour composer avec les changements climatiques.
  4. Prestation de services à la collectivité, développement communautaire et mobilisation citoyenne – Les administrations locales sont engagées à protéger la sécurité, la santé et le mieux-être de l’ensemble des résidents et des visiteurs, et à favoriser une participation active des citoyens et citoyennes.
  5. Perfectionnement de la main-d’œuvre – En leur qualité de citoyens sociétaux responsables, les administrations locales peuvent montrer l’exemple et garantir la mise en place de bons systèmes de santé et de sécurité au travail, notamment par la réduction des risques liés au travail.

L’équipe d’adaptation devra probablement obtenir l’aide de la haute direction et des chefs de service pour obtenir des réponses précises aux questions soulevées ci-dessus. La formulation d’un plan financier détaillé ou du moins l’examen de mécanismes financiers aussi précis que possible rendra le plan d’adaptation beaucoup plus complet. Même si la municipalité peut déjà disposer de mécanismes qui l’aideront à déterminer si l’équipe respecte ses buts et ses objectifs, il sera important d’établir des objectifs précis qui permettront de mesurer le progrès réalisé et le degré de succès dans l’atteinte des objectifs et des mesures d’adaptation. Ces objectifs devraient figurer dans le plan d’adaptation, car ils serviront de balises pour mesurer les réussites et les contraintes de la municipalité. Après la formation de l’équipe d’adaptation, il sera important d’évaluer l’existence d’une compréhension commune des changements climatiques et de ses incidences sur la collectivité. Il importe d’examiner ces questions au début du processus, de manière à établir ce qui est déjà connu à propos des changements climatiques et de ses effets. Il faut saisir cette occasion pour réfléchir sur les incidences des changements climatiques (ou la mesure dans laquelle ces incidences se manifestent) dans la collectivité, sur ce qui est déjà connu à propos des changements climatiques, et les moyens pris actuellement par la municipalité pour contrer les impacts des changements climatiques par diverses mesures d’adaptation informelles ou l’adoption de politiques qui peuvent comprendre des volets d’adaptation. Il s’agira en l’occurrence d’une bonne occasion de réunir l’équipe d’adaptation et de lancer la réflexion. Il serait également alors opportun de songer à incorporer d’autres personnes de divers services municipaux, garantissant ainsi qu’un large éventail d’incidences des changements climatiques sera abordé.

Il importe que tous les membres du personnel et les décideurs et décideuses de tous les services des administrations locales saisissent bien l’importance de la planification des mesures d’adaptation. Puisque les mesures d’adaptation seront exigées dans la plupart (sinon la totalité) des services, l’information précoce du personnel et des cadres de ces services dès le début du processus en ce qui concerne les mesures d’adaptation aux changements climatiques et aux effets connexes facilitera l’obtention d’un soutien élargi au processus de planification. Les services qui seraient visés par la planification de l’adaptation sont illustrés dans le tableau ci-dessous, et sont tirés du Guide de l’ICLEI Changing Climate, Changing Communities.

Services    
Agriculture Environnement Services de police
Gestion de la zone côtière Finances et administration Port et gestion des installations portuaires
Communications Services d’incendie Santé publique
Développement économique, Culture et Tourisme Habitation Transports
Gestion des urgences Services juridiques Ressources en eau
Énergie Parcs et loisirs Gestion des déchets
Génie Urbanisme et aménagement du territoire