Stratégie d’adaptation 2

Obtenir l’aval de la haute direction et du conseil municipal

La mobilisation de la haute direction est essentielle à l’élaboration du plan d’adaptation. Il est important que tous les services prennent une part active à l’évaluation des risques et des possibilités et participent aux mesures de planification de manière à garantir un résultat cohérent et efficace. Le soutien du conseil municipal est tout aussi essentiel. Pour aller de l’avant avec la mise en œuvre du plan, il est nécessaire de conserver l’appui du conseil, du personnel municipal et de la collectivité.

Obtenir l’approbation et le soutien du conseil municipal

Il y a de fortes chances qu’un plan d’adaptation de la collectivité devra être soumis à l’approbation du conseil municipal, de manière à garantir que chaque mesure envisagée sera mise en œuvre. C’est pourquoi il importe de désigner un ambassadeur des mesures d’adaptation aux changements climatiques dans la collectivité, qui sera à même de présenter le plan au conseil municipal et de parler de l’importance du plan, de manière à susciter un appel à l’action.

Si la haute direction et le conseil municipal n’ont pas entériné le plan d’adaptation, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit là d’un passage obligé pour que la phase opérationnelle soit réalisée. L’obtention du soutien et de l’approbation du conseil municipal sont la première étape à franchir pour que la haute direction et le conseil municipal entérinent le plan d’adaptation. Une résolution du conseil municipal visant un examen des risques climatiques est souvent le premier jalon dans l’élaboration d’un plan d’adaptation. En ce sens, le soutien du conseil municipal sera essentiel pour garantir la poursuite du processus d’adaptation, qui s’échelonnera sur des décennies.

Renforcement du leadership

Pour garantir la mise en œuvre réussie du programme d’adaptation, il importe de s’assurer que les divers organismes susceptibles d’y prendre part ou qui seront touchés le soutiennent. Les administrations locales du Canada sont tenues de respecter une kyrielle de règlements, de lignes directrices et de normes qu’élaborent d’autres ordres de gouvernements ou organismes de réglementation qui régissent les activités professionnelles. Par ailleurs, bon nombre d’activités comme la gestion de l’eau potable font intervenir des organismes municipaux, régionaux, provinciaux et du gouvernement fédéral.

Il est donc essentiel a) de renforcer dès le départ le soutien et le leadership à l’égard de ces activités; b) de susciter la collaboration et la participation de tous les membres de l’organisation; c) de rendre compte des progrès et des réalisations; d) de prévoir à intervalles réguliers des révisions en vertu de la stratégie; e) de solliciter et d’obtenir la participation du conseil municipal et de la direction à ces exercices de mise à jour.

Si la haute direction et le conseil municipal ont entériné la vision et adopté des politiques d’adaptation particulières, il s’agit là d’un bilan positif que l’équipe d’adaptation devrait communiquer à l’interne et présenter au personnel et aux parties prenantes de l’extérieur. Voici à ce sujet quelques conseils :

  • à la lumière de projections climatiques locales et d’événements passés, diffuser à l’échelle locale et à l’interne des comptes rendus pertinents à l’intention des membres de l’organisation;
  • informer les parties prenantes et l’ensemble de la collectivité à l’aide de communiqués;
  • se servir de ces communiqués pour susciter de l’engouement pendant la mise en œuvre du programme et marquer d’une pierre blanche les réalisations accomplies par l’équipe d’adaptation;
  • pendant la mobilisation des parties concernées à l’interne et à l’externe, mettre l’accent sur les mesures prises et souligner les retombées locales. Bien veiller à mettre en lumière l’importance des efforts d’adaptation, tout en insistant sur la nécessité des mesures d’atténuation pendant tout cet exercice de mobilisation.

Parallèlement au lancement de la planification des mesures d’adaptation aux changements climatiques par la municipalité, pour accomplir les tâches, il faudrait tenir compte des principes directeurs que voici :

  • établir un juste équilibre entre les besoins immédiats et à plus long terme;
  • les interactions doivent faire l’objet de mesures connexes;
  • s’engager à agir en cas malgré les incertitudes;
  • reconnaître le travail déjà accompli.

La publication en ligne Adaptation planning : the local government experience in BC (en anglais seulement) de Retooling.ca donne des précisions sur la façon de trouver des responsables et des promoteurs des mesures d’adaptation dans la collectivité. Selon ce guide, « Les ambassadeurs sont des personnes qui consacrent du temps en leur nom ou à la demande de l’équipe au dossier des changements climatiques. Ces gens recherchent activement de l’information pertinente et des outils de communication pour faire avancer l’enjeu des mesures d’adaptation. Les responsables de la collectivité sont en mesure d’orienter et de faire avancer les projets des ambassadeurs et d’influencer les décideurs pour qu’ils priorisent l’adaptation et y affectent des ressources. Les collectivités les plus innovantes ont des responsables et des ambassadeurs qui œuvrent de concert sur le terrain politique et par l’entremise des membres du personnel » [trad.].

L’identification précoce des ambassadeurs de projet peut aider à convaincre le conseil municipal de la capacité des parties prenantes à agir dès à présent en matière d’adaptation. Par ailleurs, s’il s’agit de conseillers municipaux, il est essentiel de tisser des relations et d’établir des collaborations dans l’organisation et dans l’ensemble de la collectivité.